[COMPTE RENDU] Paris-Versailles 2017

Dimanche 24 septembre 2017, nous avons participé à la 40ème édition de la Grande Classique, LE Paris-Versailles. Cette course est réputée pour ses côtes, mais même pas peur, on y va ! Nous vous racontons ici notre première participation au Paris-Versailles !!

Retrait des dossards

Les dossards se retiraient à partir du vendredi au Palais des sports d’Issy-les-Moulineaux. C’est l’occasion de revoir le départ de la Corrida de Noël (>>A relire ici). L’ambiance est plutôt cool et le retrait des dossards est très bien organisé. Nous récupérons notre dossard et tee-shirt et en profitons pour faire une belle photo !

On est trop fier de participer à cette course si Mythique ! Rendez-vous dimanche avec près de 25000 participants devant la tour Eiffel.

Courir avec ou sans Camel-back?

Le matin du grand jour, nous décidons de marcher jusqu’au pied de la tour Eiffel, pour prendre le départ. Cette petite marche matinale nous permet de nous échauffer et de nous réveiller tranquillement, au bruit des quelques voitures qui passent et des oiseaux (oui il y a des oiseaux à Paris).

Paris-Versailles, petite marche matinale pour se rendre au point de départ

Une fois à la Tour Eiffel, c’est une tout autre ambiance qui nous attend. Il y a un monde fou et les sas d’entrée sont bouchés. Mais, nous arrivons quand même à nous frayer un chemin.

Alors que nous avions pris un sac chacun pour éviter la cohue à l’arrivée ou l’attente, nous entendons dire par d’autres coureurs qu’ils ne seraient pas acceptés, voir qu’il y aurait eu des consignes type : « Camel-back interdit » ! Et les agents de sécurité nous confirment cette interdiction ! Nous rebroussons donc un peu chemin pour déposer sacs dans des camions prévus à cet effet et qui nous amèneront nos affaires à Versailles. Nous sommes un peu déçus, enfin, surtout Julie, car elle n’a pas pris son brassard pour son portable. Du coup elle va devoir le porter à la main tout le long de la course. Toutefois, au bout de quelques kilomètres nous sommes plutôt heureux de ne pas les avoir sur le dos.

Dans les Starting block !

Quelques minutes plus tard, nous rejoignons enfin le sas de départ. Le départ est lancé par vague d’environ 350 personnes. Les vagues passent et nous attendons tranquillement notre tour en piétinant vers cette belle arche de départ. Nous sommes au pied de la tour Eiffel, nous avons droit à un magnifique levé de soleil. Après 25 ou 30 vagues (à 20 on a arrêté de compter), c’est enfin notre tour. 3, 2 ,1, Let’s go !!!

Les premiers 6km, on s’économise

Nous partons plutôt tranquille. On a de la place et on se sent bien. Et nous prenons très vite notre rythme de croisière. On essaie d’économiser de l’énergie pour la fameuse côte des Gardes.

Sur les côtés nous avons des groupes de musique qui donnent le rythme ! Le temps est parfait, limite un peu trop chaud, surtout après le passage du tunnel : pas si long mais qu’est-ce qu’il fait chaud là-dedans !

Gare à la côte des Gardes

Au 6ème km, comme annoncé, nous voici au début de la côte des Gardes. On se dit « Rien de bien méchant ! ». Mais en vrai, elle est hyper raide et surtout longue mais looooooooooooongue. Le premier kilomètre s’achève avec un faux plat histoire de reprendre des forces. Et quand tu es comme nous et que c’est ta première fois, tu penses avoir fini. Mais non, c’est reparti pour 1 autre kilomètre de montée !

Enfin nous arrivons au sommet de la côte des gardes. C’est l’occasion pour nous d’immortaliser ce moment avec une jolie photo !

Paris-Versailles, la côte des gardes

Au final, nous avons couru toutes la montée sans nous arrêter. On a même doublé pas mal de personnes en difficulté et beaucoup, malheureusement, qui marchait !! Avec le recul, cette côte des Gardes est certes difficile mais, avec de l’entraînement, loin d’être insurmontable !

 

La forêt

Après cette formidable montée forcément nous avons droit à une descente. Nous en profitons pour récupérer des forces. Nous arrivons alors dans la forêt où nous allons pouvoir courir à l’ombre !

Quelques ravitos sont là pour nous donner un peu de sucre et de l’eau. Les scouts sont super heureux de nous ravitailler et nous crient des blagues ou des encouragements. De grandes zones de récupération des déchets sont installées à l’issue de ces zones de ravitos mais peu de coureur les utilisent… Tant pis pour la nature …

Le passage, après ce premier ravitaillement est bénéfique et nous permet de reprendre de la vitesse. Quelques dénivelés positifs et négatifs mais rien de bien méchant jusqu’à la côte du cimetière !!

 

La mort au bout de la côte du cimetière ?

Nous sommes aux alentours du 13ème kilomètre, il ne reste plus que 3 km et voici une nouvelle côte inattendue qui se profile devant nous. Quoi ? Encore une côte ? Mais on avait pas tout donné avant ?

Cette côte est plus courte que la côte des Gardes. Toutefois, à la fin du parcours comme ça c’est un peu vicieux. Elle porte plutôt bien son nom. Mais elle ne nous aura pas achevés !

L’arrivée

Ca y est ! Bientôt la fin ! Nous voici arrivés dans Versailles et sa fameuse Avenue de Paris…qui n’en finit plus ! Qu’elle est longue cette fichue Avenue ! Christophe a eu un moment de fatigue à ce moment-là, mais Julie a su trouver les mots pour le rebooster et enfin passé la ligne d’arrivée, main dans la main comme à notre habitude !

Au final, plutôt fiers de cette première

Nous avons eu la chance d’avoir un temps splendide, presque un mois de juillet ! Du coup, on a profité de l’après course pour tenter de retrouver la Top Chrono Family. Nous avons ainsi croisé Anama Run. Puis nous avons retrouvé un copain qui s’est mis à la course et qui fait même du triathlon !

Nous n’avions pas trop de recul pour le chrono puisque c’est notre première édition. Quand on reçoit le texto du chrono officiel 1h37min, on est plutôt fier de nous. Car c’est quand même une course pas comme les autres, avec ses 2 grosses montées et aussi des bonnes descentes à gérer (aie les genoux). D’autant plus qu’on ne visait pas de chrono en particulier puisque la course s’inscrivait dans notre sortie longue de plan d’entrainement pour les 20 km de Paris.

Enfin voilà, on l’a enfin fait et c’était génial ! On a même pas eu le temps de se dire « il reste encore combien de km ? » Nous les avons mangés ces 16km tranquillement sans trop forcer.

Au final, ça nous a fait un très bon entrainement pour les 20km de Paris le 8 Octobre 2017 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *