La Grande course du Grand Paris, un pari presque réussi…

Lorsque nous avons appris en début d’année l’ouverture d’une nouvelle course reliant Paris à sa banlieue, nous avons été très emballés. Lorsqu’en plus, on apprend que le parcours relie précisément l’Hôtel de Ville au Stade de France, nous n’avons pas hésité une seconde à nous inscrire à la toute première édition de la Grande Course du Grand Paris. C’était le 21 mai 2017, et on vous raconte notre course…

Une nouvelle course ultra médiatisée

C’est au travers de notre réseau blogging sportif que nous avons appris l’existence de cette nouvelle compétition running. Par la suite, nous avons entendu parlé de cette course PARTOUT ! C’est un peu déçu que nous avons dû donc refuser le rôle de meneur d’allure by Top Chrono dont nous sommes ambassadeurs, car en bon précurseurs, nous avions déjà nos places depuis janvier !!

BFM TV était sur le village pour interviewer les futurs médaillés et a suivi toute la course que nous avons par la suite eu le plaisir de revoir le dimanche après-midi.

La promesse

Cette Grande Course du Grand Paris porte la candidature aux JO de Paris 2024 et comme nous sommes (tous) ambassadeurs grâce à l’application Objectif 2024, cela nous a tout de suite intéressés. L’objectif est de relier Paris à sa banlieue sur 10 km de foulées. Gommer le clivage Paris/Banlieue en reliant l’Hôtel de Ville de Paris et le Stade de France à Saint-Denis.

La Grande Course du Grand Paris se veut solidaire et écologique. Ainsi, elle s’engage à verdir le Grand Paris en reversant 1€ par dossard pour planter un arbre. De plus, elle reverse un second euro par dossard à l’association Incroyables Comestibles qui travaille à permettre aux plus démunis de se nourrir. Plutôt séduisant !

De nombreux partenaires soutiennent la course aussi et proposent des solutions écolo pour éviter les gobelets par exemple. Il est ici fait allusion aux Billes Swala dont la publicité pullule sur les réseaux sociaux et que nous sommes ultra curieux de tester. Dans le kit coureur qui accompagne le t-shirt (pas très beau au passage de jaune fluo… On va faire la circulation ?) et le traditionnel dossard, il y a d’ailleurs une chouette pub qui nous promet des billes d’eau au citron et autres goût sympa et frais.

La course

La course part de l’hôtel de ville. On passera sur l’organisation pour le dépôt des sacs, le manque de toilettes et où se fait le départ ? Finalement, on a trouvé  et on est parti à l’heure prévue pour le sas – 55 min donc tout va bien. On a même eu le droit à un spectacle de danse équestre qui nous a fait légèrement flipper (Crottin au départ ? mais non…).

Un chouette parcours

Il nous fait passer par la place de la République puis le long du canal Saint Martin, direction La Villette. Dès les premiers kilomètres, il fait très chaud. Mais le parcours est à peu près plat (quelques faux plats mais bon), et on arrive très vite au ravitaillement, placé au 4ème kilomètre devant la Rotonde de la villette. Place stratégique pour placer les conteneurs à déchets… Et oui car pas de billes Swala… Swala pas là… Donc gobelets, et tas de gobelets car les coureurs ne savent pas attendre 2 mètres pour atteindre la dizaine de poubelle de ville installée là…

La grande course du grand Paris - le parcours

La fraîcheur des Canaux

Après cette première déception, on longe les quais du canal de l’Ourcq. On a enfin un peu d’air et d’ombre. Ca va mieux… Nous avions peur que le parcours soit très longiligne mais l’architecture environnante attire l’œil et les ponts se succèdent avec des hauts et des bas. Quelques personnes tombent déjà… Vers le 7ème km, le parcours devient plus industriel. Il y a beaucoup moins de monde pour nous admirer.

Le Stade de France

Le panneau du 9ème km nous annonce le Stade de France !!! Whaou, on est déjà requinqué à cette idée. Puis, l’arche d’arrivée du 10ème km casse l’allure. Tout le monde ou presque s’arrête. En effet, le parcours a dû être légèrement modifié pour des raisons de sécurité. Ainsi, deux arrivées sont proposées, dont une avant l’entrée dans le stade à 10 km puis une seconde, cette fois bien dans le Stade de France à 11,8 km.

Du coup, pour continuer à courir, il faut slalomer. Nous trottinons donc jusqu’au Stade. On en profite pour faire quelques chouettes photos aussi, tant qu’à faire !

La grande course du grand Paris (10)

L’arrivée au Stade, enfin

C’est lorsque nous arrivons dans les sous-sol qu’un regain d’énergie nous prend. Nous sommes transcendés à l’idée de fouler la piste, acclamés par… Ben pas grand monde finalement. Les parents de Julie sont là. Ahhh la famille !!

C’est un peu le bordel à l’arrivée. La foule de runners se masse devant les escaliers. Il parait qu’il y a du ravitos là-haut. Ah ok ben on fait la queue alors. Une bénévole nous tend des médailles au passage que nous attrapons. C’est un petit rond de bambou (c’est surement l’arbre qu’on a planté qui a servi à faire la médaille…).

Toujours pas de billes Swala au ravitos de fin… On est un peu déçu. On a quand même découvert Herbalist, des infusions fraiches parfumées plutôt bonnes et désaltérantes.

Enfin, il a fallu aller chercher les sacs, et là, ceux qui l’ont vécu le savent… c’était encore une aventure. Nous n’aurions pas voulu être à la place des pauvres volontaires qui galéraient dans les camions…

Notre avis sur cette course

Cette Grande Course du Grand Paris était très prometteuse et le pari est à notre sens presque réussi. Le parcours était vraiment sympa et l’arrivée au Stade de France fait oublié les petits désagréments. Nous n’avons pas de point de comparaison avec d’autres premières éditions. Toutefois, il y a pas mal de chose à revoir en termes d’organisation et de promesses. Nous attendons notamment avec impatience des nouvelles de nos arbres plantés et des m² comestibles…

 

Notre prochaine course : le 11 juin aux 10km de l’Equipe ! et retrouver notre agenda Running ICI !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *